30 mai 2010

Ishiyama-dera, Murasaki-sama!

Ishiyama-deraLa météo qui affichait des jours tristes de pluie sans fin s'est subitement transformée en une suite de petits soleils. En plus, ce n'est pas la canicule humide habituelle de Kyoto, mais bien un temps de lumière claire, avec un vent frais qui permet de supporter le soleil.

Je sors donc tous les jours de la maison. Je fais du magasinage. Je trouve tout plein de petites choses mignonnes, du nouveau linge aussi. J'ai remarqué que le coton utilisé au Japon dans les t-shirts est très doux et qu'il respire mieux. Les modèles sont également très mignons!

Je fais du vélo. Je vais chanter sur le bord de la rivière. Je fais mes exercices de voix en regardant les oiseaux pêcher, dans un superbe mélange de bleu et de vert. Je flâne aux deux temples d'à côté, je passe de longs moments à regarder les jardins.

ArashiyamaIl faut dire que j'ai l'esprit facilement inspiré ces temps-ci. Je n'écris pas ces histoires qui me passent par la tête, parce que je n'ai pas l'énergie de m'y consacrer entièrement. Après mon dernier roman, j'ai fait un petit rhume suite à mon exagération, alors… J'écris les plans pour ces idées (une sorte de petit résumé), mais c'est tout. Je sais bien que si je m'y mets maintenant, je ne sortirai plus du tout et ne quitterai plus mon ordinateur. Ce que je trouverais dommage parce que je ne suis pas au Japon par un beau temps pareil pour ne pas en profiter, bonyenne!

De toute façon, pour être bien inspirée, il faut quitter l'écran. Il faut marcher, il faut se laisser porter les trains, écouter de la musique, rêver avant de dormir.

Samedi, je suis donc partie vers un temple situé de l'autre côté des montagnes de l'est, dans une autre ville, sur le bord du lac Biwa. Dans mon petit guide, on disait que le temple Ishiyama-dera est l'endroit où Murasaki Shikibu a écrit "Le Dit du Genji".

Ishiyama-deraQu'est-ce que c'est ça? Eh bien, Murasaki Shikibu est une femme noble de la cour Heian (l'équivalent de l'époque médiévale japonaise) et elle a écrit au 11e siècle cette longue histoire racontant les aventures d'un prince séducteur et poète (Genji). On dit souvent que ce texte est le premier roman psychologique au monde!

Alors, pour moi, petite auteure débutante, mais dans un si beau moment d'inspiration, Murasaki Shikibu est un modèle! D'abord parce que c'est une femme, ensuite une auteure, finalement parce qu'elle a écrit cette histoire il y a mille ans, créant un nouveau genre…

Je viens en effet de me rendre compte que ce que j'écris entre tout à fait dans le style "light novel", un genre japonais (oui, le nom est en anglais, mais c'est pour faire "moderne", un peu comme en France avec "Star Academy"). Les "light novel" sont des romans courts, mettant l'emphase sur les dialogues et s'adressant à un public de 18-31 ans. On trouve également des illustrations aux 30-50 pages. Un peu comme les vieux romans de Sherlock Holmes ou les tomes des Mille et une nuits, illustrés eux aussi.

Ishiyama-deraJe ne crée pas un nouveau genre, puisqu'il existe ici… Mais disons qu'en français, ce n'est pas encore le cas. La page Wikipédia n'existe même pas (je suis une grande lectrice de Wikipédia, alors, ça me touche!)

Voilà. J'ai des romans de type "light novel" sur mon ordinateur. Je ne sais pas trop quoi faire avec ça maintenant. :) J'ai pensé à cela en flânant dans ce vieux temple rempli de belles grandes pierres et de beaux bâtiments. Je suis retournée à mes histoires en revenant lentement en train, en métro, puis en vélo! Le temps m'importe peu, il me permet d'explorer les scénarios de mes "light novel"! ;)

2 commentaires:

linerouge a dit...

As-tu besoin d'illustratrions? Ça me plairait beaucoup de travailler avec toi. J'adore le Japon et j'ai commencé à apprendre le Japonais (toute seule c'est pas terrible). Va voir mon blog tu y trouveras mes dessins de tous les jours. Amicalement. Line

http://www.linerouge.blogspot.com

Valérie a dit...

Bonjour Line,

Je connais déjà ton site! J'aime beaucoup ton travail! Si j'ai besoin d'illustrations dans mes futurs projets, je penserai à toi, c'est sûr.

Merci,

Valérie