04 avril 2020

Pourquoi on aime tant les histoires...

Au début mars, j'ai écrit une lettre à mes amies japonaises. Une lettre sur du vrai papier, en traçant les caractères que j'ai tant pratiqués et révisés. Parfois, j'aime retrouver le sentiment du crayon qui glisse sur la feuille, prendre le temps de choisir mon papier, réfléchir un peu plus longtemps à mes mots étant donné qu'écrire à la main prend plus de temps qu'à l'ordinateur.

J'y parlais de la situation au Japon, des écoles qui étaient fermées depuis février là-bas, de la reprise incertaine. Et puis, pendant que ma lettre traversait le Pacifique, c'est le Québec, le Canada, qui a vu arriver la vague. Les écoles ont fermé, on nous a dit de rester chez nous.

Ma lettre est arrivée hier à Kyoto. Ce fut plus long qu'à l'habitude, probablement parce que les vols sont moins fréquents entre l'Asie et nous. Mais ce qui m'a frappée, c'est qu'entre le Japon et nous, il n'y avait plus tellement de différences.

Une grande partie de l'humanité attend. Patiemment ou non. Mais on attend. Il n'y a plus de lieux où on pourrait fuir pour être davantage en sécurité. On attend.

Ce n'est pas courant d'attendre à notre époque. Pourtant, il y a eu une grande part de l'histoire de l'humanité faite d'attentes, liées particulièrement aux saisons. Je pense à nos longs hivers québécois dans les rangs envahis par la neige. Ou encore à ces Islandais qui se terraient dans leurs maisons à demi enfoncées dans le sol, pour attendre la fin de la longue nuit. Ils se racontaient des histoires, ce sont les sagas qu'on peut lire encore aujourd'hui. Ces longues aventures, tout comme la longue odyssée d'Ulysse, comblaient les vides où la peur et l'anxiété auraient pu se glisser.

Si le conte servait à quelque chose, c'était à cela. Dépasser la peur en stimulant l'imagination. Gagner sur le stress en occupant l'esprit, en transformant ce qui menaçait pour le rendre visible: une hydre à neuf têtes, des géants invulnérables, un chien à trois têtes. On combattait, appuyés ou non par des dieux, des êtres surnaturels, des héros, et pouvait gagner.

Et on retrouvait un peu d'espoir, tous ensemble autour d'une histoire.

C'est peut-être pourquoi j'aime autant m'asseoir avec mes enfants pour leur lire un récit. J'ai commencé Une bible de Philippe Lechermeier avec Léo. Tant qu'à avoir du temps, aussi bien découvrir cette très longue aventure, un petit bout à chaque soir.

Et j'ai terminé mes trois semaines de lecture publique que j'ai réunies en trois heures du conte, si vous avez envie de m'entendre raconter. Ce fut une aventure plus difficile que prévue parce que je tournais ces vidéos en soirée, un moment où je n'ai plus beaucoup d'énergie. Neuf soirs à lire, à incarner ces récits. Amusez-vous à vous laisser raconter les aventures que j'ai imaginées, dans l'ordre que vous voulez.

Les Fleurs du Nord

Et L'Ombre du Shinobi

Finalement, L'Héritage du Kami

15 mars 2020

Une saison de lecture

Pour les artistes (entre autres), l’arrivée de cette pandémie, et la suspension de toutes les activités culturelles, ça crève le cœur. La superbe pièce Ceux qui se sont évaporés au Théâtre d’Aujourd’hui qui raconte un cas de disparition volontaire, inspirée par les évaporés du Japon (j’en ai parlé ici à Pénélope) est suspendue, comme c’est le cas de tous les événements qui nous rassemblent.

Et c’est normal. Je suis rassurée que le gouvernement québécois prenne au sérieux l’arrivée de la vague à venir. Car le tsunami nous atteindra aussi. Aussi bien se réfugier dans nos terres, dans nos foyers chaleureux. C’est que je ferai avec mes petits. Et on dessine sur le thème de Ça fait rire les oiseaux.

Mais je ne serai pas au Nadeshicon (convention cosplay) pour faire des conférences, je n’irai probablement pas au Salon du livre de Québec, je ne ferai pas de lancements pour parler de mon nouveau roman, mon extraordinaire roman, mon tout nouveau chéri, L’Héritage du Kami. Inari, le kami dont je parle dans ce récit, un dieu japonais bien connu, est particulièrement tortueux et imprévu. Si j’étais superstitieuse, je pourrais partir une folle théorie: et si ce kami avait voulu que ce soit si compliqué de parler de lui? Mais ne démarrons pas de nouvelles rumeurs, il y en a déjà trop!

C’est le temps de faire tout ce qu’on n’a jamais le temps de faire. Je n’ai jamais le temps d’écrire souvent sur mon blogue, je soupire devant ma pile de livres à lire, j’ai envie d’écouter des séries, je veux jouer à des jeux de société avec mes enfants.

C’est le temps de se parler. On a besoin des autres. Les réseaux sociaux peuvent remplir leur fonction sociale: parlons de nos douces nouvelles, intervenons quand un de nos amis poste une fausse nouvelle, rassurons avec des faits quand s’expriment les inquiétudes, rappelons pourquoi nous prenons des mesures, la solidarité dont il faut faire preuve.

C’est le temps de se réunir autrement. Pour ma part, je vous invite à un projet numérique: la lecture publique de trois de mes romans. À partir du 17 mars, je commence le projet L’heure du conte sur Facebook. Les vendredis, je mettrai ensuite ces vidéos sur ma chaine YouTube.

Le 17, 18 et 19 mars, à 20h, je lirai des scènes du roman Les Fleurs du Nord en live.
Puis le 24, 25 et 26 mars, ce sera des extraits de L’Ombre du Shinobi.
Finalement, le 31 mars, 1er et 2 avril, je lirai des parties de mon prochain roman L’Héritage du Kami, dont le lancement a été retardé.


Mon éditeur, Québec Amérique, est solidaire avec ses auteurs. Depuis vendredi, il est possible de commander leurs livres en ligne et ils seront livrés chez vous, sans frais de livraison.

C’est un printemps stressant, car on ne contrôle pas ce qui nous entoure. Il faut parfois penser à autre chose, sortir de notre environnement. Et il y a l’imagination. Pour moi, ce sera une saison de lecture. Et je vous souhaite la santé!

27 février 2020

Coupe ta moustache, Jacques Nantel!

J’ai une histoire extraordinaire à vous raconter. Comme vous le savez, depuis octobre dernier, j’ai commencé à faire de la télé à On va se le dire. En janvier, l’un des intervenants à côté de moi était Jacques Nantel, professeur émérite au HEC de Montréal, que j’avais déjà rencontré à la radio. Pendant les pauses de l’émission, alors que les maquilleurs passent pour nous refaire une beauté, il parlait avec Sébastien Diaz, notre animateur préféré. Et il disait qu’il avait le rêve de raser sa moustache cinquantenaire pour une bonne cause.

Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’une sourde, pourrait-on dire! Je lui ai parlé de la maladie de mon filleul de 8 ans, Justin, la dystrophie musculaire de Duchenne. Pendant mon trajet de retour vers Lévis, j’ai réfléchi. Ça m’a pris deux jours avant de prendre mon courage à deux mains pour lui écrire avec la proposition du projet. Et il m’a répondu que oui, il était d’accord!

Après quelques semaines de travail pour visiter un laboratoire du CHU de Québec, en avoir parlé avec l’équipe d'On va se le dire, le projet Coupe ta moustache est maintenant en branle! Le but est d’atteindre 100 000$. Et le rasage de la moustache se fera en ondes, à On va se le dire, en avril!

Je remercie Monsieur Nantel de permettre à tous les enfants atteints de cette maladie d’espérer voir avancer les possibilités de traitement. Et un grand merci à vous aussi pour les dons! Il n'y a AUCUN don trop petit: un cinq dollars est un pas vers l'espoir!

14 janvier 2020

Et que s’ouvre 2020!

Janvier a pris sa place cette semaine, la neige tombant avec enthousiasme sur ma ville. Dimanche, on a passé la journée en pyjama à lire des livres, à écouter l’animé Haikyû avec les enfants, à manger des pâtisseries ramenées de Charlevoix (merci à mes parents, ma tante et ma marraine!) en regardant le blanc envahir nos fenêtres. J’aime l’hiver car elle m’oblige à ces moments. C’est une saison qui stimule mon imagination. J’ai donc démarré l’écriture d’un essai sur les papas, me croisant les doigts pour le voir publier en 2020. Je vous tiendrai au courant.

J’ai aussi lu à voix haute les 400 pages de mon prochain roman, prévu pour le début mars. Léo voulait participer à l’aventure et il profitait de tous les moments possibles des vacances pour entendre enfin les combats que je résumais aux soupers de l’été dernier.

2019, c’est une vraie année de clôture pour moi. Une décennie à la maîtrise et au doctorat s’est achevée. Ce qui ne veut pas dire que j’en ai terminé avec les études. J’attends des nouvelles à ce sujet d’ailleurs.

Une chose qui ne change pas, c’est mon intérêt pour le Japon. Je suis allée au Japon pour la 5e fois l’an dernier. Je ne prévois pas y retourner en 2020, mais j’aimerais beaucoup pouvoir en parler en ondes. Comme l’Empire du soleil levant est très loin, ce pays n’est pas tellement présent dans les médias, mais peut-être que les Jeux olympiques de cet été me permettront d’en parler plus souvent!

Mon expérience de recherchiste à Radio-Canada pour la radio a été super agréable en fin d’année. C’est un nouveau rapport à la recherche que j’explore, beaucoup plus en lien avec les gens. Et j’apprivoise la télé, bien entourée de gens plus expérimentés.

Bref, côté travail, c’est éclaté, encore difficile à prévoir. C’est une année pleine de possibilités.

Côté famille, Émi, à 5 ans, a obtenu sa ceinture jaune-blanche en judo, parce qu’elle « a une attitude modèle qui lui permet d’avancer très vite » a dit le professeur devant tout le monde. Vous pouvez imaginer sa fierté! Elle n’a pas encore commencé l’école, mais elle fait des devoirs de japonais tous les matins, copiant les hiraganas, s’amusant aussi avec notre alphabet.

Léo, quant à lui, développe sa réflexion, expliquant à ses amis la théorie des « trois tamis » qui le fascine en ce moment. Il lit beaucoup à propos de la géologie et veut intervenir à tout moment dans ses cours de science, m’a-t-il raconté! Sa professeure m’indiquait que le seul problème était « qu’il ne rangeait pas son livre quand elle le demandait ».

Philippe continuera certainement à développer son intérêt pour la menuiserie cette année car nous sommes en train de réorganiser le condo. Il crée des bibliothèques et des étagères. On ne vend plus le condo alors on va bien s’installer!

Gros bisous et bonne année à tout le monde!