12 février 2016

Lancement de Passion Islande

Passion Islande - lancementC'est avec grand plaisir que je vous invite au lancement de mon prochain livre, Passion Islande, qui aura lieu Chez Sebz, le jeudi 3 mars, à 17h. Cet ouvrage mélange le carnet de voyage à l'essai. J'ai tenté de raconter l'histoire de l'Islande, de communiquer également sa culture en ponctuant le tout d'anecdotes personnelles vécues lors notre voyage familial. Je vous promets un lancement plein de sourires, avec une histoire coquine sur Thor, et la lecture d'un extrait du livre sur le fameux Musée des phallus. Ça vous donnera une idée de ce que contient ce livre et surtout...de ce qu'il ne contient pas.

Voici le vidéo de ce voyage au pays des extrêmes:



Pour ceux qui ne peuvent voir cette version du vidéo, Philippe et moi en avons créé une deuxième version, en interprétant nous-mêmes la chanson problématique, soumise à des conditions d'utilisation approximatives (seuls les ordinateurs peuvent lire la première version...)

Également, je profite de ce billet de blogue pour vous inviter à ma conférence Passion Islande que je présenterai dans les bibliothèques de Québec, Saint-Georges et Lévis (date à venir pour cette dernière ville). Si vous aimeriez voir la conférence dans une bibliothèque près de chez vous, je suis disponible cet automne, n'hésitez pas à proposer la conférence au responsable de l'animation de votre établissement.

Sur ce, j'ai bien hâte de vous voir et je repars m'amuser à préparer d'autres livres et un prochain voyage au Japon!

11 janvier 2016

Belle et Bum, mon musicien préféré finaliste

Mon amoureux a enregistré une version courte de sa composition « La source du hasard » afin de participer au concours « Fais partie du band » de l’émission Belle et Bum, à Télé-Québec. Il fait partie des 30 finalistes!

Voici donc sa prestation enregistrée en pleine tempête de neige:



Si vous voulez voter pour lui, allez sur ce site et trouver Philippe Arsenault. Vous avez droit à un vote par jour jusqu’au 29 janvier. Oh oh oh, c’est excitant!

En attendant, je vais essayer de le persuader d’enregistrer la version complète de cette composition de huit minutes, juste pour le plaisir.

Les Humanistes

Depuis le 4 novembre dernier, je suis la sociologue à la table des Humanistes sur ICI Radio-Canada Première. Le 23 septembre dernier, je me suis ajoutée à eux pour jaser de la consigne de retirer les sciences humaines des universités japonaises et ils ont eu l’idée de me demander de me joindre à l’équipe, en remplacement d’Éric Pineault, professeur à l’UQAM qui est parti se concentrer sur d’autres projets.

Chaque deux semaines, je m’amuse donc à recevoir un sujet proche de l’actualité et à préparer une intervention pour explorer ce qu’en dit la sociologie. Bien entourée que je suis par Rachida Azdouz, psychologue spécialiste en relations interculturelles à l'Université de Montréal, et André Champagne, historien, j’apprends autant que je transmets.

On passe de thèmes plus sérieux à ce qui semble joyeux, mais qui ne l’est pas toujours autant qu’on le croit, comme par exemple cette intervention sur le sourire:

Le sourire, ce petit geste à la grande portée

Lors de ma première intervention, le 4 novembre, c’était le premier jour de Justin Trudeau comme Premier ministre. On ne pouvait pas faire autrement que de parler de pouvoir…

La passation des pouvoirs, ce rite intangible

Je suis revenue de Bruxelles après les attentats de Paris, mais je me suis arrêtée une journée à Montréal avant de poser mes valises chez moi, à Lévis. On a abordé un sujet cher à la France, et très émotif ce jour-là:

La liberté, pierre angulaire du mode de vie à la française

Finalement, après l’Accord de Paris sur l’environnement, quoi de mieux que d’explorer d’où nous vient cette conscience écologique?

Les origines de la conscience écologique

Maintenant que je mets ces interventions ensemble, je réalise que cela donne une bonne idée de la fin de l’année 2015, mais en regardant les événements dans une perspective plus large, à la fois historique, humaine et sociale. Ça me plaît. En fait, j’adore ça! On se donne rendez-vous le 20 janvier pour un sujet que j’ignore encore…

26 novembre 2015

Colloque OpenCon 2015 à Bruxelles

Début septembre, j’ai été sélectionnée par la bibliothèque de l’Université Laval qui assumait les frais du voyage afin que je puisse assister au colloque OpenCon, du 14 au 16 novembre à Bruxelles. Ce séjour particulier en Belgique s’est déroulé en même temps que les attentats de Paris. Si la colloque avait été prévue une semaine plus tard, je me demande même si elle aurait pu avoir lieu, étant donné que la ville est pratiquement close. Une pensée troublante, car je ne peux m’empêcher de me sentir liée à ce qui se passe là-bas.

Promouvoir la science ouverte
Qu’est-ce que l’OpenCon au fait? Organisée pour une deuxième année par SPARC, une alliance de bibliothèques académiques qui promeut le libre accès à la recherche, l’OpenCon est un colloque qui réunit ceux qui s’intéressent à la science ouverte (open access). Mais qu’est-ce la science ouverte? C’est offrir un accès gratuit, immédiat et électronique aux articles scientifiques des chercheurs, ce qui permet d’utiliser pleinement ces données et ces résultats (open data) pour d’autres recherches. La science ouverte inclut également l’éducation ouverte (open education), une façon de faciliter l’enseignement et l’apprentissage en utilisant le réseau Internet.

OpenCon 2015L’accès aux connaissances pour faire reculer la peur
Nous avions donc plusieurs conférences et tables rondes. Le samedi suivant les attentats à Paris, Daniel Spichtinger de la Commission européenne a plaidé pour un large accès à la science afin de faire reculer la peur. Car selon lui, c’est grâce à l’éducation que les gens développent un meilleur esprit critique. Mais pour cela, il ne faut pas les empêcher d’avoir accès à la connaissance comme le fait présentement le système en place. Pour donner un idée, il faut savoir que la bibliothèque de l’Université Laval dépense chaque année 8,25 millions (soit 69% de son budget) pour permettre à ses professeurs et étudiants d’avoir accès aux revues scientifiques. Et cela ne compte pas les montants déboursés par les professeurs pour que leurs articles soient publiés dans les revues les plus prestigieuses (ce qu’on appelle l’APC).

La Commission européenne a donc mis en place une politique pour favoriser la science ouverte, à l’image de ce que fait depuis peu le CRSH au Canada: si la recherche est financée par des fonds publics, ses résultats seront libres et accessibles. C’est tout à fait logique: le public paie pour une étude, il a le droit d’y accéder. Mais le problème, c’est que la plupart des recherches sont maintenant faites en partenariat avec le privé...

Le conflit carrière vs science ouverte
Michael Eisen, cofondateur de la Public Library of Science (PLOS) et biologiste à l’University Berkeley, est ensuite venu présenter les difficultés de publier ses résultats en libre accès. Des dilemmes comme choisir entre bâtir sa carrière de professeur (en publiant dans des revues prestigieuses) ou travailler à un monde meilleur (en donnant à tous le droit d’utiliser ses données et de faire avancer la connaissance) se sont souvent présentés. Il a choisi de les ignorer. Il déplore qu’aujourd’hui on juge le chercheur en notant le nom des revues où il publie, au lieu de s’attarder au contenu et à la qualité de ses recherches. Il prône même que les brouillons d’articles soient publiés et qu’ils soient corrigés au fur et à mesure, pour permettre à d’autres de travailler avec les données. Une proposition qui s’applique au monde de la science pure, mais moins aux sciences humaines et sociales, je dois dire.

OpenCon 2015Erin McKiernan, quant à elle, a toujours fait du libre accès à la science son modus operandi: « Si publier dans les journaux libres d’accès allait me coûter ma carrière, ce n’était pas la carrière que je souhaitais. Point à la ligne. » Elle dénonce les chercheurs qui n’osent partager leurs données, voulant en garder l’exclusivité, les accusant de nuire à la science où le partage des données est essentiel: « Sur les épaules d'un géant, j'ai pu voir plus loin. » (Newton) Elle rejoint en cela les propos de David Sweeney, directeur du HEFCE, le principal subventionnaire des recherches en Angleterre: « Le but d’une recherche est de faire une différence pour la société. Quelle part de notre réputation comme chercheur peut être justifiée par les coûts d'une publication prestigieuse?  »

Ce qui me semble le plus déplorable du système actuel est qu'on ne publie que les résultats positifs, laissant en plan ce qui n’a pas fonctionné. Cela introduit un biais considérable quand on réunit les recherches pour faire des métaanalyses: on n’a presque aucune donnée sur les recherches n’ayant pas fonctionné. Or elles sont tout aussi importantes que les autres pour avoir une bonne idée de la situation.

La science ouverte au Canada
April Clyburne-Sherin est venue présenter le regroupement OOO Canada qui réunit des chercheurs préoccupés par le libre accès au Canada. Fondé l’an dernier, OOO Canada (le nom a fait naître bien des sourires dans l’assistance) met en place des actions pour favoriser le libre accès. Par exemple, au Canada, les étudiants dépensent 38% du coût des études à l'achat de livres qui deviennent obsolètes dès qu’ils sont mis à jour. Ce qui rappelle que les publications libres d'accès sont plus à jour que les textes publiés à haut coût quelques années auparavant.

On prend conscience de la force du système et des infrastructures quand on se heurte à ce qui ne marche pas. Si je connaissais déjà l’importance de la science ouverte, c’est lors de mon dernier congé de maternité que j’ai véritablement fait face à un grave problème: il m’était impossible de lire les articles scientifiques nécessaires à ma thèse. Mon accès était suspendu, comme si mon cerveau devait l’être aussi! Sans mentionner que dès que j’aurai terminé mes études, il me deviendra impossible d’accéder aux articles scientifiques que j’ai écrits...

Finalement, j’ai appris grâce à Jan Gondol, qui a travaillé pour le gouvernement de Slovaquie afin de mettre en place une entente intergouvernementale sur la science ouverte, que le Canada fait partie de ce partenariat et qu’un Plan d’action 2014-2016 est même en place dans notre pays pour favoriser le gouvernement ouvert!

OpenCon 2015Les solutions pour favoriser la science ouverte
Les journaux scientifiques sont « cotés » selon une méthode dont on ignore les critères précis, mais qui a un lien avec le nombre de citations où un acteur sera cité ailleurs. On appelle cela le « Impact Factor » (IF) d’un journal. Cela concerne les journaux anglophones. Si vous publiez en français, comme c’est le cas de plusieurs professeurs au Québec, vous ne publiez pas dans des revues scientifiques « reconnues ». Cela vous donne moins de points comme chercheur, ce qui peut vous nuire dans la recherche d’un emploi, car plusieurs universités se basent maintenant sur des statistiques qui inclut IF, soit le nombre de citations que vous avez dans d’autres articles. Pourtant, comme le rappelle Iara Vidal, bibliothécaire au Brésil: « L'impact des recherches dépasse leur nombre de citations, ce qui devrait réellement compter, c’est leur impact dans la société et hors du monde de l'éducation. Les chercheurs ne doivent pas seulement parler aux chercheurs, mais atteindre le reste des gens. »

Ce n’est pas la première fois que j’en entendais parler, mais étonnamment, un des chercheurs rappela que les journaux scientifiques reconnus n'ont pas de meilleurs articles, et qu’ils contiennent même plusieurs biais et problèmes de méthodologie. Les propositions pour améliorer l’accès furent nombreuses: inverser le réflexe des universités en rendant la publication libre-accès par défaut avec des démarches à faire de plus quand on veut restreindre l'accès à un article.

Dans les tables rondes qui se sont ensuite succédé, on a parlé d’un des soucis majeurs avec les revues scientifiques ouvertes: si elles sont libres d’accès, elles font payer les auteurs pour rendre leur texte disponible gratuitement (APC). Les professeurs utilisent donc une partie des subventions allouées pour payer la publication, ce qui prive la recherche d’une partie des fonds... Comment faire autrement? L’Amérique latine est un bon exemple de système coopératif: les chercheurs de ces pays utilisent en grande majorité le libre accès. Les revues scientifiques sont financées par des fonds publics et il est gratuit de publier et de lire.

OpenCon 2015Mes impressions
Le colloque s’est clôt avec les mots de Jimmy Wales, fondateur de Wikipédia qui a profité de l’occasion pour rappeler que si les universités du nord avaient encore les moyens de payer les abonnements des revues scientifiques, les universités du sud n’avaient pas ces capacités, ce qui est profondément injuste et contreproductif puisque ces étudiants ne pourront pas pleinement profiter des recherches en cours dans leur domaine. Avec toutes les coupures que les universités québécoises ont eu à encaisser dans les dernières années, ça devient un problème ici aussi: l’Université Laval est en train de couper dans la liste des revues disponibles pour épargner.

OpenCon 2015Ce fut un colloque extrêmement intéressant qui m’a permis d’en apprendre énormément sur la science ouverte. Je reste toutefois sceptique quant à la possibilité pour les recherches avec des sujets humains (ce qui concerne surtout les sciences humaines et sociales) à diffuser les données (open data) car de sérieuses règles éthiques empêchent ce genre de pratiques, ce qui fut souligné pendant l’une des tables rondes. Rendre les données des entrevues disponibles obligerait à modifier jusqu’au formulaire de consentement. C’est une réflexion à entamer.

Je souligne également qu’à peu près toutes les tables rondes présentaient la mixité des genres. Comme on l’a vu, lorsqu’il n’y aucun résultat probant, c’est tout aussi important à souligner que l’inverse! Le site Décider entre hommes n’aurait donc pas pu mettre des photos pour dénoncer cet événement! :)

24 novembre 2015

We love Japanese Songs 2016

Ai no sanka YumeLorsque nous avons tourné ce vidéo, dans le but de participer une nouvelle fois au concours We love Japanese Songs, j'avais choisi L'Hymne à l'amour, version japonaise, parce que la merveilleuse Édith Piaf aurait fêté son 100e anniversaire le 19 décembre prochain. Maintenant, avec les événements tragiques arrivés à Paris le 13 novembre, je réalise que cette chanson peut également être un hommage aux victimes et à tous ceux qui vivent la perte d'un être cher après ce drame. J'aurais préféré mille fois n'avoir chanté qu'une chanson en souvenir d'Édith Piaf.

L'an dernier, nous avons gagné le prix spécial du jury avec la chanson de l'animé Evangelion, Zankoku na tenshi no Te-Ze tourné à Lévis en automne en compagnie de Léo, avec une petite Émi en poussette, née trois semaines auparavant. Ce vidéo plein d'énergie a donc été préparé dans un moment très particulier dans notre vie de famille. Un beau souvenir.

Cette année, nous voulions toutefois nous préparer d'avance. Nous avons donc tourné le vidéo cet été, dans Charlevoix, dans différents lieux de La Malbaie. J'ai ressorti ma robe de mariée et voilà, on a mis des images sur cette chanson pleine d'émotions.

J'ai donc besoin de vous pour voter et inviter vos amis à le faire. Le lien pour voir, voter, participer, envoyer des vidéos est ici. Merci!

20 novembre 2015

Bruxelles, pas tout à fait paisible

Manneken-Pis et Jeanneke PisVendredi 13 novembre 2015. Rien n’annonce que la journée deviendra un tourbillon d’actualité. Mon avion se pose à Bruxelles où je dois assister à un colloque de trois jours sur le libre-accès à la science et aux connaissances tirées de la recherche. Étourdie par le décalage horaire, je prends le train, me fait revirer à l’hôtel qui n’est pas prêt à m’accueillir et je vais flâner dans la ville.

Manneken-Pis d’abord. Mon premier contact avec cette fontaine du petit garçon triomphant qui fait pipi remonte au 400e anniversaire de Québec. Nous lui avions fait faire un habit fleurdelysé.

Entouré de chocolateries qui vénèrent son nom et son geste, le Manneken-Pis fait couler son jet devant la foule qui se presse. J’ai goûté au chocolat à la poire, puis j’ai continué ma marche.

Je cherchais son équivalent féminin, la Jeanneke Pis. Je l’ai trouvé, grâce au GPS de mon cellulaire. Elle est dissimulée dans une ruelle sans issue. Pour la protéger du vandalisme, car la fille qui pisse ne peut être exposée triomphalement au monde comme le garçon, elle est cadenassée et protégée par des grillages, comme dans ces pays où l’on demande aux femmes de se couvrir le visage derrière une grille de tissu pour éviter le viol.

Visiter le Manneken-Pis à Bruxelles, c’est jouer au touriste. Voir la Jeanneke Pis, c’est s’exposer à la réflexion devant cette image si mignonne quadrillée de métal.

Grand Place de BruxellesJ’ai poursuivi mon chemin jusqu’à la Grand-Place de Bruxelles. Une merveille! J’ai téléphoné à Philippe et aux enfants. Il était l’heure du réveil chez moi. Environnée par la mairie et les touristes qui faisaient cliquer une multitude d’appareils, je leur ai raconté les statues, les dorures et la beauté du lieu. Je me suis achetée une gaufre et j’ai suivi la foule qui flânait dans les rues.

Sur le chemin de l’hôtel, j’ai croisé une petite pâtisserie qui m’a fait saliver (après un chocolat et une gaufre, vous pouvez en tirer la conclusion que j’ai le bec sucré et l’horaire décalé!). Les Merveilleux de Fred sont aussi bons qu’ils sont beaux. J’avais le projet d’y retourner chaque jour pour en manger un. Mais la soirée changerait mes plans pour les prochains jours.

Retour à l’hôtel pour enfin avoir ma chambre, prendre une douche, me brosser les dents et faire une mini-sieste. Ma colocataire n’est pas encore arrivée. Je pars pour la causerie à la librairie Tulitu où je parle du Japon toute la soirée, une bière belge à la main. Beau moment d’amitié. En quittant, je regarde mon cellulaire, il est 21h20. Je marche, heureuse, vers l’hôtel. L’air est bon, quel bel automne. Je fais plusieurs détours pour éviter les foules sur les terrasses et les trottoirs. Bruxelles la nuit est belle, animée. Les rues principales sont fermées dès 19h et les gens marchent un peu partout, libres et heureux.

Pendant ce temps à Paris, des jeunes ayant les mêmes sentiments voient venir l’horreur et le vacarme épouvantable de la mort et de la peur.

Je l’apprendrai plus tard, couchée dans mon lit, faisant un dernier appel à ma famille. On parle de huit morts. Je m’étends et dors pour apprendre le lendemain tout le poids du bilan final.

À Bruxelles, les sirènes de police vont se mettre à retentir, toute la journée. À passer devant l’hôtel et repasser. Pendant la conférence, sur mon fil Twitter que je consulte, je vois passer des nouvelles d’arrestations et je comprends le lien entre Paris et la ville où je suis.

Trois jours de conférence (je vous en ferai un bilan dans un autre billet). Trois jours d’inquiétude. Ma famille suit toutes les nouvelles. Personnellement, je n’osais pas trop sortir. Il faut dire que je n’avais pas de temps libre, l’horaire du colloque étant bien rempli. En soirée, j’étais brûlée. Mais même si j’avais eu du temps, je serais restée terrée dans la chambre.

Parc du centenaireLe lundi, à la clôture du colloque, épuisée d’être concentrée et à l’intérieur, je vais marcher au Parc du cinquantenaire. Il n’y a presque personne. Le soleil se couche, quelques gouttes de bruine, le vent est léger. Je respire tranquillement, reprenant mes esprits. Si quelques uns sont fous, la majorité est calme, il ne faut pas l’oublier. Je retourne en marchant jusqu’à l’hôtel, apaisée.

Je n’aurai pas mangé d’autres Merveilleux de Fred. J’ai échangé le goût du sucré vendredi soir pour celui, salé, de la tristesse. En terminant mon intervention sur la liberté à la française à Radio-Canada, mercredi matin, j’en avais encore des traces dans la voix et les yeux.

Certains disent que le vendredi 13 porte malheur. C’est faux, tout était choisi dans les gestes posés ce vendredi-là, même la date. C’est la haine qui porte malheur.

09 octobre 2015

Japon : Quand « abolition » rime avec « erreur de compréhension »

On a beaucoup parlé de cet avis du ministère de l’Éducation japonais (MEXT) qui ordonnait à ses 86 universités nationales d’abolir les facultés d’humanités afin de se consacrer à des choses plus « utiles » pour la société. L’avis est réel et il compte dix pages où l’on trouve une phrase incitant à « démanteler et restructurer les facultés de sciences humaines et sociales en particulier ». C’était dit et ça a fait le tour du monde. J’en parlais à Radio-Canada le 23 septembre.

Il semblerait toutefois que tout cela n’ait été qu’une « erreur de compréhension ». On ne parle maintenant plus d’une abolition, mais plutôt qu’il y aura "réorganisation". Des réformes devront être appliquées dans l'enseignement supérieur dû à l'effondrement du nombre d'étudiants (conséquence directe du vieillissement de la population).

Est-ce une façon de se sortir d'une situation délicate, qui avait pris de larges proportions hors du Japon? Cette controverse est-elle un moyen de sauver la face par rapport à une décision qu'on avait peut-être bel et bien prise, mais qu'on réalise être une erreur? Laissons le bénéfice du doute au conseiller du ministre qui explique « l’erreur » dans cette missive (en anglais).

Pour terminer, voici quelques statistiques sur les universités au Japon, qui donne l’ampleur de ce domaine:

Il y a 672 universités privées au Japon, et 86 universités nationales (plus réputées et plus difficiles d’accès), pour un total de 758 universités.

À titre comparatif, il y a 48 cégeps et 18 universités au Québec, ce qui fait 60 établissements d’éducation post-secondaire (il existe dans les universités japonaises un cycle court de deux ans).

C’est beaucoup, mais en proportion du nombre d’habitants (127 millions au Japon), c’est quand même moins d’établissements post-secondaires par habitant qu’au Québec (1 établissement par 125 000 personnes au Québec, contre 1 établissement par 167 000 personnes au Japon).

Encore plus fascinant de constater que les proportions d’étudiants en sciences humaines par rapport aux sciences pures se ressemblent au Japon et au Québec.

Japon
Étudiants des humanités (bunkei 文系): 55,3 %
Étudiants des sciences pures (rikei 理系): 28,2 %
Autres (éducation, arts, éducation physique, etc.): 16,4 %

Québec en 2010
Étudiants des humanités: 52 %
Rikei: 27,4 %
Autres: 20 %

Ce que j’en retiens: peu importe la raison de cette « erreur » de compréhension, il semble maintenant que le ministère sera plus vigilant sur ses directives par rapport aux humanités. Et c’est une bonne chose.

Réactions venues du Japon
Humanities under attack – Takamitsu Sawa
Japanese University Humanities and Social Sciences Programs Under Attack - Jeff Kingston

08 octobre 2015

Automne coloré de projets

Aux environs de mon anniversaire, les feuilles changent de couleur, le vent apporte les parfums de terre et de mer, le soleil se couche plus tôt et sa lumière dorée me réjouit. L’automne, c’est ma saison, je me sens toujours pleine d’énergie et plus légère, même si je porte un manteau sur les épaules!

Et les bonnes nouvelles se multiplient pour moi, ce qui me rend encore plus heureuse!

J’ai obtenu une bourse de voyage de la bibliothèque de l’Université Laval pour assister à OpenCon, une conférence à Bruxelles du 14 au 16 novembre. Le colloque aborde l’accès à la connaissance grâce au libre-accès des revues scientifiques, une chose que je considère essentielle. J’en profiterai pour aller faire une causerie d’auteure à la Librairie Tulitu le 13 novembre à 19h. C’est mon premier voyage en Belgique et ce ne sera qu’un saut de puce, mais bien rempli de rencontres et d’apprentissages. Ce blogue de voyage ajoutera donc bientôt cette destination à la liste des pays visités. On m'a conseillé la bière et la gaufre, je suis ouverte aux autres suggestions!

En septembre, une lettre ouverte que j’ai écrite a été publiée dans La Presse.

Le gouvernement japonais ayant recommandé à ses universités de couper les sciences humaines dans ses universités, l’émission de Catherine Perrin m’a invité à en discuter. Un sujet d'importance!

Finalement, trois livres sont en route! Un essai sera publié en 2016 et deux ouvrages de fiction en 2017. Sans parler de mon doctorat qui avance toujours et encore, et des autres collaborations que j’annoncerai plus tard. La vie est belle! Et je suis très occupée! Heureusement que je suis bien entourée. :)

04 septembre 2015

RIP Aylan Kurdi

Maman m’a dit de m’accrocher de toutes mes forces au bout de bois, de ne jamais le lâcher. Mais dans ses yeux, il y avait beaucoup plus que ces mots-là.

J’y ai vu la fatigue. Ses bras épuisés qui m’avaient donné sans compter. Elle a tout fait pour me protéger, ma maman. Elle m’a donné son pain, elle m’a porté, elle m’a rassuré quand la guerre explosait autour de moi. Là, en plein cœur de cette mer du dernier recours, j’ai vu son épuisement.

Dans ses yeux, il y avait la crainte. Celle que je ne lâche ce bout d’arbre qui me permettait de flotter, celle que je ne puisse jamais me rendre jusqu’à la plage où on m’accueillerait. Ma mère avait peur elle aussi parce qu’elle ne savait pas nager. Mais j’ai vu que c’est ma mort à moi qui la terrorisait, plus que la sienne.

Juste avant que la grande vague blanche ne l’emporte, j’ai vu son amour. Maman m’aime. C’est pour cela qu’elle a accepté de partir, qu’elle a quitté cet endroit de haine.

J’espère qu’elle ne m’en voudra pas d’avoir lâché le bout de bois. Je suis si fatigué moi aussi.

Par chance, au bout de la route, il ne reste rien de la fatigue, il n'y a plus de crainte.
Il ne reste que l’amour.

19 août 2015

Je reverrai les cerisiers

CerisiersÉmerveillée, je les ai vus transformer la ville de Kyoto en jardin en 2006. En couple, nous étions en aventure d'une année au Japon et j'allais travailler en vélo sous le voile des fleurs qui bordaient les voies.

Croyant contrer le mal du pays en partant seule au Japon pour faire les entrevues pour ma maîtrise, j'ai revus les cerisiers en 2010. J'ai compris que même la nature peut être éclatante et séduisante, on peut s'ennuyer sous les sakuras! Grâce à mes amies japonaises qui se sont tellement bien occupées de moi, j'ai patienté jusqu'à l'arrivée de Philippe, deux mois et demi plus tard. Je garde un merveilleux souvenir de ce voyage: je suis revenue enceinte de notre petit Léo made in Japan! ;)

Et voilà qu'en 2016, en compagnie de Léo qui aura tout juste 5 ans et d'Émi qui aura alors un an et demi, nous retrouverons les cerisiers, les amis, le japonais et la nourriture nippone. Pendant un mois, nous prendrons notre temps au pays du soleil levant, n'ayant pas à parcourir la ville comme des voyageurs qui y viennent pour la première fois. Au rythme des enfants et de nos souvenirs, nous retrouverons cette partie importante de notre vie et de notre identité. Nous avons très hâte! 楽しみ!