12 novembre 2018

1300 ans de prière

Vendredi dernier, après mes cours, la famille et Tania ont rejoint Eri-san, une amie, pour aller visiter le Kiyomizu-dera, le « temple de l’eau pure », à l’est de la ville. L’après-midi était un peu mouilleux, alors la brume s’élevait du sol quand nous sommes arrivés.

Le pavillon principal sur pilotis est en rénovation en ce moment, alors c’est un peu moins joli qu’à l’habitude, mais la vue est toujours magnifique et plusieurs pavillons ont été repeints. Le rouge vif s’entremêle au vert et au bleu des reliefs sous les toits. C’est très beau.

Le Kiyomizu-dera fait partie des 33 temples de la région qui fêtent leurs 1300 ans d’existence cette année. Des gens font donc un pèlerinage à travers le Kansai pour recueillir des « goshuin » (calligraphie et sceaux) de chacun des temples. J’ai donc tendu mon cahier qui fut marqué d’un sceau tout particulier pour cette année.

Samedi, on a pris ça mollo. Ça a fait du bien de faire le budget et le lavage, d’arranger le garde-robe (cadeaux et linges d’hiver). Surtout que nous savions qu’une grosse journée nous attendait le lendemain. Toutefois, en soirée, Tania nous a offert qu’on sorte en couple au Château de Nijô pendant le sommeil des enfants. Elle a donc veillé sur les mignons pendant que nous sommes allés voir l’animation lumineuse spéciale sur le château, surnommée Flowers par Naked. Impressionnant! Nous avons eu une soirée unique!

Dimanche donc, nous sommes partis en train vers Amanohashidate « le pont qui traverse le ciel ». Il y a douze ans, nous y sommes allés et Philippe s’était fait attaqué par un rapace qui avait voulu voler notre diner alors qu’on pique-niquait. Il avait eu une longue blessure sur la joue (par chance pas l’œil!) Disons qu’on ne pouvait pas oublier ce lieu, que nous avions trouvé magnifique. Nous avions beaucoup marché il y a 12 ans: on était monté jusqu’au Nariai-ji à pied… Disons que cette fois, après avoir traversé les 2,5 kilomètres de pins qui poussent sur une longue dune qui traverse la mer, on a pris le funiculaire, puis le mini-autobus qui roule au bord des falaises vertigineuses pour s’y rendre… Et on s’est trouvé pas mal bons d’avoir tout marché ça il y a 12 ans! On comprend pourquoi on avait eu le temps d’avoir une longue discussion qui avait abouti à la décision de venir habiter Québec au lieu de Montréal (après exploré différentes possibilités mondiales!).

En arrivant au Nariai-ji, je découvre qu’il fait aussi partie des 33 temples de la liste! Eh bien! En plus, j’adore ce temple avec sa pagode, sa localisation éloignée, son odeur de forêt et de mer, ses marches, ses feuilles d’automne… On a repris le petit autobus (une attraction en soi) pour se rendre au lieu où on peut admirer les pins… Et surtout mettre la tête entre les jambes pour que cette longue dune d’arbres devienne le fameux « pont » qui traverse le « ciel » (la mer!) Élégante position. Philippe s’est essayé autrement! :)

Pour descendre, les plus grands (et Léo) ont pris le siège du remonte-pente, un moment de méditation fantastique avec la mer grande ouverte devant soi. Puis on a utilisé le bateau pour rejoindre l’autre côté. Un bonheur, ça aussi! En arrivant, on a même vu le pont tournant à l’œuvre, s’ouvrant pour laisser passer un bateau!

Bref, dans le train, on a soupé au fromage, noix, légumes, fruits et bonbons. Puis j’ai fait mes devoirs, comme à l’aller. J’avais un examen lundi matin! J’ai reçu mes résultats, je monte, je monte : 14/20, 17/20. Maintenant que j’ai compris ce qui est payant à étudier, je suis plus efficace. ;)

08 novembre 2018

Le mont de la joie et l'impériale Katsura

Surplombant les 8 millions de résidents de la gigantesque Ôsaka, les 110 000 habitants de la ville d’Ikoma et les 350 000 personnes qui ont plutôt choisi la très ancienne capitale Nara, le mont Ikoma fut un lieu sacré, du haut de ses 642 mètres. Les temples et les sanctuaires y sont nombreux, mais il y a aussi une rue reconnue pour ses geishas après la Seconde guerre mondiale. Ces anciens lieux de divertissement (danses, cérémonie du thé, etc.) sont devenus des ryokans (auberges).

Mais il y a également, sur le sommet du mont Ikoma, un parc d’amusement pour les enfants! Les manèges ne sont pas les plus récents, ça m’a fait penser à la Ronde avant sa rénovation, mais c’est vraiment bien adapté aux petits enfants de 1 à 10 ans. Et il y a des manèges aux effigies des personnages d’animés emblématiques du Japon: Anpanman, Pikachu, Thomas le train (je sais, lui il est Anglais)… Pour accéder au parc, il faut d’abord se rendre à Ikoma, puis prendre un premier funiculaire, puis un deuxième vers le sommet. Ces funiculaires sont dans les plus anciens du Japon, ils fêtent leurs 100 ans cette année. Ils sont en forme de chat, de chien et de gâteaux (ça c’est plus récent!) ;)

Nous avions été invités à visiter ce parc par des amis japonais que nous avions rencontrés il y a deux ans. Leurs deux enfants ont l’âge de Léo et ils ont reconnecté immédiatement! Les enfants ont donc beaucoup pratiqué leur japonais ce jour-là. Il y avait un spectacle de PrettyCure (Pu-ré-Kyu-A), les acteurs avaient des grosses têtes des personnages du dessin animé. C’était un peu bizarre. Mais les combats étaient extraordinaires: l’acteur qui faisait le méchant était un vrai gymnaste, il sautait partout en réagissant aux faux coups des fillettes magiques qui le frappait allégrement!

Après la journée au parc d’attractions, nous nous sommes arrêtés dans la montage pour aller visiter un des sanctuaires importants du coin, le Hôzan-ji, absolument magnifique. Il n’y avait pratiquement personne en cette fin de journée, c’était très apaisant. Après les explosions de joie au sommet du mont, le dieu du temple (qui est en fait le dieu de la joie!) devait être au comble du bonheur! :)

Changeons de sujet… Vous étiez inquiets pour mes examens. J’ai terminé le dernier de la semaine aujourd’hui. Je n’ai pas les résultats encore. Mais rassurez-vous, je ne suis pas découragée. J’aime apprendre et étudier, alors c’est dans mes cordes, même si je ne suis pas la plus avancée de la classe. Je ne le vois pas comme une compétition avec eux, mais j’ai hâte d’être à leur niveau et mieux connaître le japonais!

J’ai revu mon dentiste aujourd’hui. J’avais hâte de le revoir car la dent était effectivement fracturée : j’ai perdu un bout hier! Il m’a mis une couronne temporaire, mais je dois repasser vendredi de la semaine prochaine pour vérifier et avoir son verdict… :(

Ah! Mon amie Tania est arrivée lundi pour rester avec nous deux semaines. Nous sommes super contents, les enfants sont fous de joie! Avec elle, je suis allée visiter la villa impériale Katsura hier. C’était vraiment superbe, surtout que nous étions en fin de journée et que la lumière faisait de beaux dessins sur les pavillons. Je m’imaginais les invités du prince qui venait au banquet avant d’admirer en soirée le reflet de la lune dans l’étang… Le lieu est si romantique, je suis certaine que bien des histoires s’y sont nouées, il y a près de 400 ans…

03 novembre 2018

Des examens désastreux, des repas fabuleux et une visite chez le dentiste

J’ai terminé ma 3e semaine d'études. J’ai fait mon premier test et j’ai eu un gros 4/20 pour deux raisons: c’était du keigo (du langage ultra-poli) et j’avais étudié comment transformer les phrases, alors que j’aurais simplement dû relire (et apprendre) les phrases de la discussion au début du chapitre. J’ai dû faire un sai-tesuto (le même test) le lendemain et je devrais avoir une bonne note cette fois.

J’ai trois tests qui s'en viennent, mais pas avec les mêmes profs. On ne le dit pas assez souvent aux étudiants: c’est tellement important d’apprendre ce qui compte vraiment pour l’examen… Et ici, ils le savent car on apprend comment faire le plus de points possibles au fameux gros test gouvernemental que je vais passer au début décembre (le JLPT N2).

Je n’ai pas tellement d’espoir de le passer. L’an dernier, je suis allée à Toronto pour passer le JLPT N3 (un niveau en dessous). Entre les deux tests, il y a une grosse marche à monter et j’avais prévu me donner un bon deux ans pour la franchir. Mais j’ai réalisé que j’habite Kyoto pour trois mois et que je n’ai à payer que les frais d’inscription (à peu près 65 dollars), sans payer pour l’avion et l’hôtel de Toronto… Alors aussi bien tenter ma chance! À l’école, on pratique beaucoup, et du 2/6 ou 2/8 que j’avais dans certaines sections, je monte un peu à chaque fois. Dans un mois (l’examen est le 2 décembre), aurais-je assez de connaissances pour passer? Mmm, ça me semble encore difficile, mais j’aurai pris de l’expérience pour l’examen, ça c’est sûr! ;)

Je sais donc maintenant que je ne dois pas me prévoir d’activités le mercredi après-midi parce que je reçois alors les nouveaux kanjis à étudier pour la dictée du lendemain. Si je ne veux pas virer folle à tracer des kanjis, je dois les étudier en après-midi et le soir. Le lendemain matin, Philippe et Léo me font faire des tests. Je réussis maintenant à écrire pratiquement toutes les phrases sans erreur (sauf pour les kanjis de la dictée qui n’étaient pas dans ceux étudiés!). Autre amélioration: je peux lire (et comprendre en bonne partie) le langage ultra poli (keigo) dans un courriel.

Pourtant, quand je me compare à mes collègues étudiants, je me trouve vraiment poche. Je suis avec des gens plus avancés (eux, ils vont le réussir, l’examen!) Mais je les fais rire, surtout que j’avais amené des chocolats pour tout le monde le jour de l’Halloween! Chocolats Favoris a fait des heureux au Japon, les amis!

Mercredi matin, le fameux jour de la réception des kanjis, je me suis levée très tôt. À 4h45, j’étais en bas, branchée sur Skype. J’avais un entretien aux Éclaireurs pour parler de l’Halloween. Après, j’ai téléphoné au Devoir, qui avait des questions à propos de ma pétition que j’ai faite en 2013. Il en a fait un très intéressant article sur le changement d'heure qui est sorti aujourd’hui. Un mercredi donc très productif!

Mardi, nous avions mangé chez mon amie Akiko. Léo et Émi ont découvert les okonomiyakis (un genre de crêpes avec du chou, de la viande sur le dessus). Ils ont dévoré ceux aux mochis (pâte de riz) et fromage. :) Akiko avait aussi du vin chaud et sucré pour les plus grands. Rien de mieux pour réchauffer les bouts des orteils qui gêlent un peu plus en soirée!

La température à Kyoto ressemble maintenant à notre début d’octobre au Québec. Les feuilles commencent d’ailleurs à changer de couleurs. Le vent est frais, mais les jours peuvent être encore chauds. C’est une belle saison.

J’ai visité le dentiste vendredi! Je vous raconte ça comme si c’était le fun d’aller chez le dentiste… Pas tellement, surtout quand on va le voir parce qu’une dent nous fait mal depuis un mois. Mais c’était aussi une exploration médicale en pays étranger. :) Hi hi! En fait, ça ressemble beaucoup à chez nous (les prix aussi d’ailleurs : alors, comme nos assurances ne couvrent rien en dentisterie au Québec, je ne voulais pas retarder la vérification plus longtemps). Un petit plus: ils placent une couverture sur les yeux pour éviter de nous aveugler. Tout le monde était super gentil avec moi. Mais j’ai retrouvé le sentiment que mon japonais était vraiment insuffisant! Heureusement, le dentiste parlait aussi l’anglais, alors j’ai compris. Je dois y retourner jeudi pour vérifier si le problème est réglé ou s’il est plus grave (genre ma dent avec un plombage profond aurait fracturée… ouille!)

Dans nos cours, la professeure a souligné qu’au fur et à mesure que nos connaissances en japonais s’améliorent, autre chose diminue: la gentillesse des Japonais à notre égard, car ils deviennent plus exigeants. Ça m’a fait réaliser qu’on fait tous cela. Avec quelqu’un qui visite le Québec et le parle à peine, on le félicite avec effusion lorsqu’il baragouine quelques mots. Mais s’il est là depuis un moment, qu’il semble bien maîtriser le français, on exige qu’il le parle bien, et même très bien, pour pouvoir travailler. Les gens ne sont pas encore moins gentils avec moi, donc j’en conclus que je parle encore très mal le japonais! :P

Ou alors je suis chanceuse, comme pour mon expérience à Kyoto, une ville réputée difficile pour l’accueil… Mes expériences négatives sont peu nombreuses. En fait, c’est la ville au monde où je me suis sentie la plus chaleureusement accueillie… Et ça explique pourquoi j’y retourne!

Nous sommes sortis ce matin pour aller au OpenDay du Centre du International City Communauty Foundation. On a mangé libanais en dégustant du vin français, puis on est allés au marché aux puces bondé avant de voir un spectacle de baladi! C’était très animé et intéressant!

Bon, sur ce, j’ai quand même trois examens la semaine prochaine… Je vous embrasse, bon changement d’heure! Ici, ça ne bouge pas, alors on aura maintenant 14 heures de décalage! Ouf!

29 octobre 2018

Cosmos à Kameoka, la guérison d'Émi, le party des anniversaires et du théâtre

Bientôt, cela fera un mois que nous sommes au Japon. J'en suis à la 3e semaine de cours, sur les 10 auxquelles je suis inscrite. La dernière semaine fut remplie d’amitiés, j'en suis encore toute émue, comme si j’avais encore le cœur empli de chaleur.

Mercredi, nous avions rendez-vous avec une amie et sa fille qui a deux petits enfants tout mignons. Nous nous sommes rejoints à Kameoka, dans un champ rempli de milliers de cosmos. Oh, c’était magique! Le soleil était au rendez-vous. Les enfants étaient tout heureux dans les grandes fleurs. Il y a douze ans, c'est là que Philippe m'avait demandé en
mariage! Le paysage était très beau (Kaméoka est une ville située à l’ouest des montagnes de Kyoto, dans une plaine au sein des monts), mais nous avons pu voir plusieurs maisons au toit recouvert d’une bâche bleue. Le typhon de la fin septembre a fait beaucoup de dommages dans la région. Chihiro en a profité pour me remettre la cuillère pour bébé que j'avais oublié chez elle deux ans et demi auparavant! J'étais bien surprise!

Vendredi, après les cours, je me suis dirigée vers la gare de Kyoto pour rejoindre la famille. Léo était en pleine séance de coupe de cheveux. Nous sommes allés faire quelques commissions et nous nous sommes rendus ensuite chez une amie à qui j’ai enseigné le français il y a 12 ans. À l’époque, ses enfants à elle étaient tout petits. Maintenant les siens sont devenus de grands adolescents souriants et c’est moi qui amène des tout petits. :)

On s’entend que, depuis le temps, on connaît une bonne part de leur famille. Son mari, ses beaux-parents et la sœur de son mari qui nous a vraiment aidé, il y a deux ans. Je n’en ai jamais parlé publiquement, mais notre petite Émi a eu, à l’âge de 2 ans, trois adénites à mycobactérie atypique sur le côté du visage et sous le menton. En langage non médical, c’est une bactérie de la même famille que la tuberculose qui s’attrape on ne sait où (mais pas d’humain à humain, donc non contagieux) et infecte les enfants malchanceux qui ont entre 2 et 5 ans. Les ganglions enflent et se mettent à suinter. C’est généralement sans douleur, quoique lorsque c’est très gonflé (Émi en avait un de trois centimètres), la pression peut devenir douloureuse.

Comme les trois ganglions concernés étaient sur le nerf facial, la solution habituelle (la chirurgie) était inaccessible. Émi a donc eu à prendre deux antibiotiques tous les jours pendant… six mois. Ce qui n’est pas sans conséquence, vous le devinez. Il fallait aussi surveiller son foie, avec des prises de sang régulières. En plus de rencontrer régulièrement les deux spécialistes (infectiologue et ORL pédiatrique).

Pourquoi je vous raconte tout cela? Il y a deux ans, j’en ai parlé à nos amis du Japon. Et la belle-maman de mon amie m’a écrit pour me dire qu’il y avait peut-être une solution: le kanpo-yaku. Cette médecine japonaise est inspirée de la chinoise, mais elle se base uniquement sur les plantes qu’on cultive de façon biologique. J’en ai parlé à mon ORL qui m’a dit qu’on n’avait rien à perdre. J’en ai parlé avec la pharmacienne qui a vérifié les ingrédients et m’a dit qu’il n’y aurait pas d’interactions.

On a commencé en novembre (les antibiotiques étaient débutés depuis août). Un mois plus tard, les adénites commençaient à diminuer. En janvier, on pouvait arrêter les antibiotiques. Et quelques mois plus tard, on a aussi arrêté le kanpo-yaku.

Ce n’est pas une étude scientifique. Les adénites à mycobactéries atypiques disparaissent lorsque l’enfant grandit car son système immunitaire s’améliore. Peut-être aussi que les antibiotiques ont fait leur effet. Et/ou le kanpo-yaku a donné quelque chose. Mais je suis reconnaissante, peu importe d’où vient la guérison.

Donc, cette famille nous avait envoyé ce kanpo-yaku uniquement disponible au Japon. C’est vraiment un cadeau précieux d’avoir peut-être contribué à guérir notre petite fille, non?

On a mangé avec tout le monde, on a beaucoup ri, puis ils nous ont sorti le gâteau de fête pour moi et Émi! Wow!!! Ce fut une super soirée! Nous sommes terriblement gâtés!

Samedi, je suis allée au cinéma voir un film de l'animé Natsume Yuujinchô. C’était en japonais, mais je commence à bien comprendre. Je suis ensuite passée au Uniqlo pour m’acheter des vêtements un peu plus chauds. Philippe est passé dimanche et il a complètement refait sa garde-robe! :)

Dimanche, on a d’ailleurs revu une autre amie, qui anime à la radio. Nous avons d’ailleurs acheté une petite radio pour pouvoir écouter son poste et suivre les programmes de radio de Kyoto. J’aime entendre les animateurs. Naoko nous avait donc proposé d’aller voir une pièce de théâtre par Furutamaru. Nous avons beaucoup aimé! C’était très drôle! Deux vendeurs faisaient essayer des habits de plus en plus dépareillés à un pauvre monsieur qui avait un rendez-vous amoureux avec la fille de ses rêves… Et ils tentaient tous les deux de lui expliquer ce qu’était la mode… Ouf! ;)

Bref, trois sorties fort agréables, au milieu des heures de cours. C’est toujours difficile, mais je commence à m’organiser et à mettre des mots sur mes forces, pas juste mes faiblesses!

Oh! Je ferai une chronique à Radio-Canada (Les éclaireurs) le soir de l’Halloween pour parler de cette fête au Japon! Je serai debout très très tôt pour la faire, alors ne vous gênez pas pour m’encourager en l’écoutant! :)

22 octobre 2018

Début des cours, Kôjô Masayuki "live" et châteaux de Hikone et de Nijô

J’ai complété ma première semaine de cours et j’ai entamé ma deuxième. J’ai expérimenté cette semaine ce que je savais déjà: le cerveau n’aime pas travailler. Je m’asseyais en classe, avec mes cahiers et mes crayons, prête à apprendre. Et pourtant, on se fatigue vite, on regarde l’heure ou les cellulaires (pas juste moi, je l’ai remarqué!) On cherche à fuir la difficulté!

Lundi et mardi, j’ai des cours sur la grammaire, cette semaine c’était du keigo (langage poli) très avancé. Ouf! Le mercredi, jeudi et vendredi, l’avant-midi est divisé en deux. La première partie est consacré à notre but (je suis dans le groupe qui va tenter de passer le JLPT, le gros examen de décembre). C’était très intéressant, on apprend par exemple les expressions « coussins » comme: « Je m’excuse de vous déranger, mais… », « Si cela vous convient, pourriez-vous… quand vous aurez un moment? », etc. On croise souvent ce type d’expressions en japonais! La deuxième partie, ce sont des cours « principaux » avec une professeure vraiment intéressante (et sévère). Le mercredi, elle nous a donné une douzaine de mots avec kanjis à apprendre pour la dictée du lendemain. Ok… Comme vous pouvez le voir, je travaille ! L’avant-midi, je me concentre, l’après-midi, je fais souvent mes devoirs, le soir aussi. Je tape également mes notes de cours pour les mettre toutes propres à l’ordinateur.

Dimanche dernier, une amie est venue nous visiter avec sa fille de l’âge de Léo. Ils se sont bien amusés pendant qu’on avait aussi beaucoup de plaisir à jaser avec Chieko. On a partagé une bouteille de chianti autour des boulettes turques que j’avais faites dans notre mini-four ! Ce soir, Philippe a cuisiné des ramens et il a réalisé tout le défi de faire les choses dans un si petit espace… Vous devinez qu’on ramène souvent la bouffe de l’épicerie !

Le mardi, Léo a eu son premier cours avec sa professeure. Pendant qu’il faisait ce cours, je travaillais sur les règles de grammaire. Le samedi, Léo a aussi une autre professeure, tout comme Émi. Ils ont tous les deux adoré leurs cours, alors c’est parfait ! :)

Le jeudi, il y avait à Uji, la ville du thé vert juste au sud de Kyoto, une performance live d’un artiste que j’adore, Kôjô Masayuki. Je connais son travail depuis qu’il a réalisé les personnages de Star Wars à l’encre de Chine. J’aime tout ce qu’il peint. Il passait cette fois-ci à Uji, sa ville natale, pour réaliser cette performance. Il ne fallait pas la manquer ! Malheureusement, je ne pouvais y être, j’avais un cours, mais Philippe et les enfants y sont allés. Philippe a tout filmé ! J’ai pris le train tout de suite après mon cours et j’ai aussi pu rencontrer l’artiste juste avant son départ. Je lui ai offert une bière de la microbrasserie de Charlevoix et mon livre. ;) Après, nous sommes allés manger au Nakamura Tokichi Honten, un super salon de thé. Les enfants ont eu le dessert de leur vie et les grands aussi! Mmm!

Vendredi, j’avais une rencontre spéciale à l’école pour nous apprendre à utiliser l’agenda, pour recevoir les instructions pour être « un bon élève ». Bon, vous vous en doutez, je sais déjà tout ça, sinon je ne serais pas encore aux études! J’ai calculé: j’ai 39 ans et ça fait 25 ans que je suis aux études (j’ai exclu les cours libres que j’ai faits pour me donner une petite chance…) ;) Ah ah ah! Les autres étudiants étant beaucoup plus jeunes que moi, ils ont sans doute besoin de ces instructions!

Ce n’est pas courant au Japon, ou plus particulièrement en Asie, de retourner aux études. Mon âge a donc surpris mes collègues toute la semaine. Il y en a même un qui m’a dit: « Oh, mais je pensais que tu étais étudiante… » Eh oui, je le suis ! Cet étonnement ne m’a pas vraiment surprise car il y a 12 ans, j’avais aussi surpris un de mes étudiants adultes en lui disant que je pensais retourner aux études. Il m’avait expliqué que c’était très rare qu’on faisait cela au Japon. Au Canada, au contraire, les gens à la maîtrise ont souvent pris une pause après le bac.

Il fait beau ici. On se lève, il fait froid dans la maison, mais on est bien dehors. Certains arbres ont commencé à changer de couleur. Dimanche, on est donc allés à Hikone pour rencontrer des amis du Québec, qui vivent maintenant au Japon! Ils nous ont fait découvrir le château de Hikone. Il a moins d’étages que le château de Himeji (que nous avons vu la semaine dernière), mais il est plus vieux: c’est le plus ancien encore debout dans sa construction originale au Japon. Les larges douves, les murailles, les longs chemins pour se rendre étaient vraiment impressionnants. On sentait que le château n’était pas facile à attaquer!!!

Aujourd’hui, c’était le Jidai Matsuri, un grand festival de Kyoto. J’en ai fait un court vidéo, car je l’ai croisé sur ma route de vélo vers l’école. Après mes cours, nous avons plutôt marché jusqu’au Château de Nijô, juste à côté de la maison. La particularité de ce château-là, c’est d’avoir été celui du shogun. Le « shogun » est normalement le général de l’empereur, mais dans les faits, il était souvent celui qui avait le plus de pouvoir. Alors, que le château soit en plein centre de la capitale Kyoto, alors que l’empereur était plus loin, n’était pas un message...

17 octobre 2018

Déchets, souliers et vélo à Kyoto

Vivre ailleurs amène toujours des questions quant à notre façon de vivre. Jusqu’où va-t-on s’intégrer? Plus précisément: quelles seront les limites acceptables que l’on posera quand on arrivera aux différences entre la culture que l’on porte et celle où on évolue?

J’ai toujours trouvé qu’entre les façons de vivre québécoise et japonaise, il y avait des points communs. C’est facile de penser à enlever mes souliers en entrant dans la maison, je le fais chez nous, les enfants aussi. C’est une habitude.

Ce sont toutes les différences qui obligent l’adaptation.

Par exemple: les fenêtres, les murs, les portes laissent passer le son. On nous entend de l’extérieur (tout comme on entend l’extérieur). On sait quand les enfants écoutent la Pat Patrouille en français ou Hello Kitty en japonais. On ne peut ignorer quand ils se chicanent ou crient. Il faut vite tenter de tempérer les crises, qui deviennent publiques, même quand elles se passent dans les murs de la maison…

La gestion des déchets est un sujet sensible. Le Japon est un modèle à ce niveau. Le document de la ville de Kyoto avec les instructions sur la division des déchets et des différentes matières recyclables fait 32 pages, il est tout mignon pour ceux qui voudraient le voir… Il faut mettre le papier dans un sac et aller le mener dans un centre (dont j’ignore le lieu pour l’instant: merci à mon amie qui a pris mon sac dimanche dernier pour l’apporter au centre de son quartier!); le carton est mis à part, plié et attaché pour être donné à un petit camion qui passe dans le quartier à l’occasion avec de la musique typique; les cartons de lait doivent être découpés, lavés et retournés à l’épicerie; les bouteilles en plastique sont séparés de leur bouchon; les aérosols ont leur jour spécial; le plastique est surutilisé ici, on emballe vraiment trop!, mais on peut récupérer même les emballages de KitKat! Oh! Et pour le reste (déchets de nourriture, papiers souillés), il y a les déchets du mardi et vendredi qui iront à l’incinérateur.

Comprenez bien: les sacs utilisés sont transparents. On achète des sacs spéciaux de la ville de Kyoto et tout le quartier voit si vous ne respectez pas les règles. La seule conscience de ce regard est suffisante pour vous donner le goût de respecter les règles!

Cette impression d’être « visible » rend plus conscient quand on « choisit » de ne pas respecter les règles. Les Japonais supportent beaucoup de pression sociale quant à leurs comportements. Pour de bonnes raisons bien souvent: pour pouvoir vivre ensemble dans un espace réduit, pour l’hygiène dans les transports en commun, pour récupérer efficacement… Mais cette « obéissance » fortement suggérée s’applique à la moindre attitude et elle peut devenir épuisante pour plusieurs Japonais.

Quand vous êtes étranger, on ne s’attend pas à ce que vous sachiez toutes les « bonnes manières d’agir ». On soupirera si vous circulez à droite sur le trottoir, mais on comprendra… Mais d’autres règles ne pardonnent pas : ne pas savoir diviser ses déchets est une source de honte pour tout le quartier, ce qui explique mon étude attentive depuis une semaine!

Vivre dans un autre pays permet d’apprendre graduellement les règles de ce pays… Les règles, mais aussi les habitudes, les normalités… qui n’en sont pas toujours d’où l’on vient.

Un exemple? Il y a 12 ans, je trouvais libérateur de faire comme tous les Kyotoïtes et de faire du vélo sans casque. Vous me direz que c’est sécuritaire ici. Mais il y a 12 ans, je me souviens d’avoir été happée par un petit camion qui m’a fait un bon bleu au bras et j’étais aussi entrée en collision avec un jeune garçon à vélo. Le deux-roues n’est donc pas sans risque, même s’il est plus habituel qu’au Québec (et plus sécuritaire, oui).

Il y a huit ans, je faisais encore du vélo sans casque à Kyoto.
Il y a deux ans, j’étais encore tête libre.

La seule chose qui a changé en 12 ans, c’est que maintenant, pratiquement tous les enfants portent un casque ici. Mais je n’ai vu aucun adulte en porter un.

Sauf moi. Car je l’ai apporté dans la valise (comme trois paires de souliers car ils n’ont pas ma pointure!). Et je l’utilise. Même si je n’aime pas le mettre. Même si je détonne.

Parce que je suis venue « cultiver mon cerveau » en étudiant le japonais à tous les jours dans une école spécialisée. Ça coûte un bon montant pour le faire. Et je mettrais tout cela en danger pour faire comme tout le monde? C’est là que je parle d’un choix à faire entre l’adaptation et nos propres limites. Je peux expliquer, et réexpliquer, aux enfants pourquoi il ne faut pas crier ici, pourquoi il faut parler moins fort… Mais je ne peux plus rouler, en sachant que le 30 minutes que je fais matin et midi n’est pas de tout repos sur les routes de Kyoto.

Bof, non. Sur ce sujet, ma limite d’adaptation a été atteinte.
Pour le reste, je respecte le volume et je sépare bien mes déchets, je vous le jure! ;)

13 octobre 2018

Extraordinaire Takarazuka et entrée à l'école

Si vous n’avez jamais entendu parler de la Revue Takarazuka, laissez-moi vous dire que le spectacle en vaut le coût! Ce nom réunit en fait une école où les jeunes femmes peuvent s’inscrire pour espérer devenir actrice dans une des cinq troupes de la Revue Takarazuka. Chaque troupe produit environ deux spectacles par année, ce qui veut dire qu’il y a un nouveau spectacle de comédie musicale à peu près à chaque mois. La troupe se produit à Osaka, son lieu d’origine il y a cent ans, et à Tokyo aussi. C'est en allant voir un spectacle tiré de cette troupe à Montréal que j'ai acheté les billets pour y aller en famille.

Sa particularité? Les rôles d’hommes sont aussi joués par des femmes, spécialisées dans ce type de jeu. Ce sont les actrices les plus populaires! Ces spectacles sont absolument renversants en couleur, costumes, danses et chants! Ce que nous avons vu était assez impressionnant pour que LES DEUX enfants restent assis, fascinés, pendant trois heures et demi (je n’inclus pas l’entracte de 30 minutes où ils courraient partout!) ;) J’étais convaincue qu’on allait devoir partir avant la fin, mais non, ils sont ressortis enchantés! :)

Nous avons vu ce spectacle mardi dernier. Mercredi, je suis allée faire mon évaluation à l’école. C’était un peu effrayant. Et j’ai eu du mal à écrire les kanjis de mémoire (je sais les reconnaître et les lire, mais les écrire, c’est plus dur). Donc je n’ai pas fini très haut dans mes évaluations écrites… Mais en arrivant dans l’entrevue après, les deux dames m’ont dit que j’étais plus avancée… J’ai donc passé une autre entrevue avec une dame plus avancée, mais elle m’a expliquée que j’étais un peu un cas car je comprenais bien à l’oral, je m’exprimais aussi, mais dans les cours avancés, ce sont presque uniquement des Chinois, qui ont l’avantage de partager les mêmes caractères (et qui peuvent donc les tracer de mémoire!)

J’ai donc stressée jusqu’au vendredi, car je craignais qu’on me mette dans un cours moins avancé et que je révise plutôt que j’apprenne…

Jeudi, nous avons rencontré la professeure de Léo qu’il verra tous les mardis après-midi. C’était très bien. Il aura aussi des cours le samedi avec une autre professeure. La petite Émi aura aussi des cours le samedi, juste après Léo. :) Ce même jeudi, en soirée, j’ai fait une intervention à Médium large pour parler du marché de poissons à Tokyo.

Le vendredi, j’ai donc eu le résultat des évaluations, ainsi que la cérémonie officielle d’accueil des étudiants. Je suis classée dans le groupe 6 (il y a 8 niveaux), et tous mes collègues sont des Chinois. Je vais donc devoir travailler!!! Excellent. :)

J'ai bien fait rire ceux qui comprenaient le japonais pendant la cérémonie. C'était très formel, il fallait se présenter devant la grande salle pleine des étudiants. Dans les débutants, il y a un Anglais de 36 ans qui a dit qu'il était donc un "grand-père" (car la majorité des étudiants a environ 20 ans). Alors quand mon tour est arrivé, j'ai parlé du fait que j'avais déjà vécu à Kyoto et que j'étais revenue avec mes enfants...ce qui voulait donc dire que j'avais 39 ans... Et que si l'étudiant de l'Angleterre était un grand-père, j'étais certainement la grand-mère! Ah ah ah! :) Mes cours auront lieu le matin, ce qui me convient mieux que l'après-midi (où je commence déjà à manquer de concentration!) ;)

08 octobre 2018

Shichi-go-san, Hello Kitty et Château de Himeji

Samedi dernier, nous avions pris rendez-vous pour le shichi-go-san de Léo et Émi. Littéralement, ça veut dire 7-5-3, une fête qui est souligné aux 3 ans, 5 ans et 7 ans des enfants pour leur souhaiter une longue vie en santé. On va prier au temple ou au sanctuaire le 15 novembre, et on prend des photos avec les habits traditionnels (kimono pour les fillettes et hakama pour les garçons).

Vous vous souvenez peut-être que lors de notre visite au Japon en 2016, Léo avait fêté le sien pour ses 5 ans. Le chanceux, il revient alors qu’il a 7 ans! Et Émi… Eh bien, Émi avait encore 3 ans le samedi le 6 octobre… Mais elle passait à 4 ans le 7 octobre! Ah ah ah! Elle était donc très juste! Léo a dit qu’on allait devoir revenir au Japon lorsqu’elle aura 5 ans… Ouf. Je ne pense pas, coco, je ne pense pas. Profites-en bien maintenant! :)

La séance s’est bien passée, mais que les enfants étaient excités!!! Nous ne les avons jamais vu ainsi. Le décalage horaire est terminé (même si on se lève encore trop tôt le matin), mais je crois que le problème fut le typhon qui passait au large de la mer du Japon. À Kyoto, il faisait grand soleil, très humide et trop chaud, mais la pression dans l’air devait être différente car on aurait dit que la plus grosse tempête de neige allait passer!!! Sinon, je ne sais pas ce qu'ils avaient mangé, mais c'était quelque chose!

Nous venons de revenir d'une journée où nous nous sommes rendus au Château de Himeji dans le shinkansen de Hello Kitty! Ce train rapide est en marche depuis le début octobre jusqu’au mois de mars 2019… Émi me le demandait souvent alors c’était le moment où jamais! C’est vraiment un beau shinkansen, avec plein de Kitty. Si vous aimez le petit chat, c’est le paradis. :)

Le Château de Himeji étant tout de même à 150 kilomètres de Kyoto, en faire une partie en shinkansen nous a permis de sauver 45 minutes. Émi a marché de l’entrée jusque dans les hauteurs de la tour: il y en avait des marches dans ces six étages pour ses petites pattes de 4 ans! Nous avions retiré nos chaussures et elle a voulu enlever ses bas aussi. C’est vrai que le plancher de bois du château est beaucoup plus agréable nu-pieds!

On est fatigués de ces aventures, mais les choses se calmeront bientôt car je commencerai mes cours (mercredi, c'est le test de placement, et lundi prochain le véritable début).

05 octobre 2018

Le flou du décalage

Le vol de 13 heures entre Montréal et Tokyo s’est bien déroulé. Très bien en fait. J’ai appris dans l’avion le résultat des élections, une dame m’en a parlé en passant dans l’allée… Je ne sais pas comment elle le savait (le pilote, les agents de bord?), mais ça m’a fait ouvrir des grands yeux au-dessus de l’Océan arctique! Si Léo et Émi ont fait une petite sieste, quand ils se sont réveillés, ils étaient grognons et surtout tout déboussolés. Rendus à l’hôtel, on s’est tous endormis comme des loirs.

Le lendemain, nous avons quitté la capitale vers Kyoto. Nous avions un train d’une heure à prendre entre l’aéroport et Tokyo. Puis le shinkansen (train rapide) qui permet de rejoindre Kyoto en deux heures vingt minutes au lieu de 7 heures d’auto… On est arrivés au début de l’après-midi. On a rangé nos valises dans un casier (les grosses valises, on les avait déjà expédiés la veille à partir de l’aéroport), puis on est allés faire des commissions.

C’est bizarre de revenir dans une ville et d’avoir le sentiment que c’est « normal ». C’est difficile à expliquer, mais à Kyoto, il y a ce feeling d’être dans un lieu connu et apprivoisé, d’être enfin arrivés, d’être, à quelque part, dans un de nos « chez nous ». On a trouvé notre petite maison. C’est le meilleur logis qu’on a eu dans les quatre séjours que nous avons faits. Mais c’est dépouillé, trop dépouillé pour être bien pendant trois mois. Nous avons donc multiplié les déplacements pour le garnir car il n’y avait que le strict minimum. On s’en contente quand on loue trois jours, comme la plupart des gens le font, mais pas pour trois mois! On a aussi réorganisé l’emplacement des lieux (davantage configuré pour un couple qu’une famille avec des enfants). Maintenant, c’est vraiment bien, il y a de la place et on respire!

Toutefois, on dort moyen, encore pris dans le décalage horaire. Les matins débutent très tôt. Nous étions tous debout à quatre heures aujourd’hui. Je vous jure que ça dort fort dans la chambre en ce moment! Nous, on combat la fatigue pour se coucher un peu plus tard (genre 21h!). Il fait encore chaud le jour, l’automne n’est pas encore commencé ici (il fait 26 degrés, parfois 22 degrés le jour…) Comme une belle fin d’août!

Je commence les cours mercredi, j’aurai le temps d’être à l’heure du Japon et d’être plus reposée. Les enfants font bien ça, ils sont super contents, parlent beaucoup, posent des questions et disent des « arigatô » souvent. Nous sommes entre l’entre-deux-pays…

14 septembre 2018

Japon top chrono

Mariage Le chronomètre avant notre départ vers le Japon s’est mis en marche. Le 1er octobre, c’est le grand départ avec toute la famille pour un séjour de trois mois à Kyoto. Pour dix semaines, j'étudierai le japonais à temps plein! Ce qui veut qu’il faut préparer des milliers de choses. Voici un aperçu:

- apporter ce qu’il faut pour continuer le français et les mathématiques du grand garçon qui mettra sur pause sa 2e année
- réviser les caractères japonais et pratiquer la lecture avec lui pour faciliter son intégration là-bas
- essayer de trouver une garderie qui voudra bien de la plus petite pendant quelques jours par semaine
- faire les paiements à l’école où j’étudierai, réserver l’automobile pour se rendre à l’aéroport et en revenir, changer des yens, vérifier qu’on aura bien des cartes SIM à l’aéroport, etc.
- rencontrer la docteure et la pharmacienne pour la série de médicaments à apporter
- mettre à jour l’ordinateur portable pour qu’on ne rencontre aucun problème en l’ouvrant rendu là-bas
- acheter les cadeaux pour nos amis japonais (omiyagé)

C’était un extrait de ma liste consacrée au voyage. Ça me rappelle qu’il vaut mieux partir longtemps, étant donné que la liste est à peu près semblable quand on quitte pour trois semaines. J’ai donc l’impression de ne pas faire les efforts pour rien.

Mais j’ai une autre liste avec mes différents travaux en cours. Par exemple, j’ai fait mon dépôt initial no 2, un an et demi plus tard après le premier. Cette fois, je n’ose me réjouir trop vite après ce qui est arrivé avec le premier. La soutenance aura lieu un moment donné. Soit deux-trois jours avant que je prenne l’avion, soit quelques semaines après mon retour en 2019. Je pourrai dire que cette thèse aura vraiment exigée tout ce que je possédais de détermination. Je me sens comme un vêtement passé quinze fois à la laveuse avec l’eau de Javel et l’eau bouillante à chaque brassage. Je sors du lavage comme un t-shirt rendu blanc et au coton très aminci! Sentez-vous mon ton épuisé?(=_=)

Heureusement, je m’amuse toujours avec des activités connexes. J’ai eu la chance de faire un vidéo sur les valeurs japonaises dans Pokémon et Naruto avec Fred Bastien. On s’est bien amusés! Je continue aussi à faire des chroniques aux Éclaireurs, ma prochaine sera lundi le 17 septembre et j’y parlerai de l’écriture. Cet été, j’en ai fait une sur l’utilité des déguisements, le sens du mariage et la rentrée scolaire dans le monde. J’ai aussi participé à L'Heure du monde pour parler d’une université médicale discrimine systématiquement les femmes au Japon.

Voilà, c’est une partie de notre vie, avec la gestion du quotidien. Ce blogue redeviendra sûrement plus actif lors de notre voyage, n’hésitez pas à nous envoyer des messages! On mettra aussi des vidéos sur YouTube et sur Facebook! 楽しみ!